www.athle.fr
Accueil
cot - commissions des officiels techniques
Actualités
LES FORMATIONS FEDERALES
12 Décembre 2016 - BUZZI DANIEL
LES FORMATIONS FEDERALES

Départs des courses Directives FFA

C'est ce qu'on peut souhaiter de mieux....à une nouvelle règle! Et quand celle-ci concerne les faux départs !!!!!!
Depuis le premier janvier 2010, en épreuves individuelles et à partir de la catégorie cadet/cadette, aucun faux départ n'est autorisé. On peut constater que l'application de la règle s'est faite sans trop de difficulté et on peut mesurer le travail efficace des coachs qui ont bien entraîné leurs athlètes à réagir efficacement et essentiellement à l'audition du coup de feu du Starter. Il est inutile de préciser......mais il faut mieux le dire quand même, que cette nouvelle règle a l'intention d'éradiquer la "rouerie" notamment dans les départs de sprint dans les épreuves individuelles (en EC ce n'est pas un esprit dominant), la "prime" au "faussaire d'un premier départ" que donnait la précédente règle et ceci pour agir à la suite psychologiquement sur les autres athlètes de sa course. Elle a aussi pour but d'accélérer les enchainements de courses dans un programme qui doit tenir les horaires prévus.
Mais quelque soit la règle :
- en épreuves individuelles, plus d'autorisation/tolérance de FD de course et de la responsabilité d'athlète(s) n'est permise ,
- en EC une seule autorisation/tolérance de FD de la responsabilité d'athlète(s) est permise par course, la responsabilité d'un FD suivant étant disqualifiante pour celui ou ceux à qui elle sera affectée,
- pour les épreuves jusqu'à la catégorie minime, une autorisation/tolérance de FD de course est permise par athlète d'une même course , une seconde responsabilité de FD affectée à un athlète qui était déjà responsable d'un précédent FD est disqualifiante......
l'essentiel reste dans la parfaite identification de ce qui constitue un faux départ de course et dans l'identification de la responsabilité de ce FD. Si la qualité d'une équipe des départs s'exprime dans ses identifications quand elle est devant une situation de faux départ de course , elle doit d'abord s'exprimer (l'action du Starter et de son équipe) dans une parfaite maîtrise de la tâche de donner les départs, en assurant aux athlètes les meilleures conditions pour qu'ils se réalisent dans cette première phase de leur épreuve et dans l'installation d'un partenariat de fait Starter/Athlète qu'est le départ d'une course.
Aussi est-il apparu , tant au plan international (IAAF) que FFA (pour les grands événements, mais aussi avec déclinaisons adaptées, sur les épreuves d'organisations plus modestes) le besoin d'améliorer la qualité et la régularité des performances des Starters et l’élaboration de directives dont l’objectif est d'expliquer une procédure standardisée du départ et d’assurer ainsi  l’harmonisation de la gestion de la procédure de départ des courses. Ces directives sont aussi un guide pour la compréhension des règles, qui elles mêmes ont été restructurées avec l'apparition de la nouvelle règle, pour notamment préciser ce qui constitue véritablement une action, ou la responsabilité d’action, provoquant un faux départ de course qui sera apprécié et sanctionné en tant que tel. La connaissance de ces procédures et informations concernant les départs est bien entendu à avoir aussi quand on est "coach" et à l'évidence quand on est athlète.

- Il convient de suivre ces directives tant en application de terrain qu’en formation.

- Il est particulièrement mis en évidence l’absolue nécessité de structurer l’organisation et le fonctionnement de l’équipe de départs ainsi que, d’une manière générale, l’encadrement des départs : équipe des départs qui doit absolument fonctionner en équipe et juge arbitre des départs, chacun devant être dans son rôle.

 

Notamment avec la nouvelle règle des faux départs appliquée depuis Janvier 2010 : En épreuves individuelles (hors benj et min), aucun faux départ de la responsabilité d’athlète n’est toléré … et les ajustements depuis, il convient encore plus et mieux d’appréhender ce qui constitue véritablement une action, ou la responsabilité d’action, provoquant un faux départ de course qui sera apprécié et sanctionné en tant que tel. Les

Starters et Juges Arbitres des départs (aux compétences et expériences de Starter) devront donc s’imprégner du point 6 de ce guide, en se référant à la règle IAAF 162 et particulièrement ses points 5-6 et 7 (F.162 du Règlement Sportif FFA).

Faux départ sanctionnable, interruption du départ, faux départ non sanctionnable, avertissement du domaine du départ, avertissement du domaine disciplinaire au départ, départ régulier…entres autres, toutes ces considérations possibles de situations au départ doivent être maîtrisées.

On se rappellera que : « starter », ce n’est pas seulement donner un signal après lequel les athlètes seront autorisés à partir, c’est vérifier (équité) que les athlètes sont tous prêts (concentrés, une fois que l’invitation leur en a été faite : « prêts » ou « à vos marques ») à recevoir la dernière invitation et permission du Starter pour partir (le coup de feu). Conforté dans l’assistance de son équipe, le Starter doit être dans une double concentration, à la fois dans la mesure de l’instant atteint par les athlètes de n’attendre plus que le coup de feu et, ayant acquis la certitude de cette attente, à la fois dans la maîtrise de sa propre promptitude à donner au bon moment le coup de feu.

Quelque soit le niveau de compétition, quelque soit la technologie à disposition, quelque soit la règle (épreuves individuelles, épreuves combinées , avec ou sans blocs de départ, en ligne , hors stade…) la meilleure façon d’opérer pour donner les départs des courses c’est de le faire en équipe effective, où tous sont entraînés et bien formés, connaissant bien les règles et les techniques de départ, avec pour chaque fonction un placement judicieux, avec un véritable comportement propre à assurer un partenariat (condition d’un départ) avec les athlètes qui seront assurés du respect de l’équité et de la mise en œuvre des meilleures conditions pour qu’ils réalisent leur meilleur départ.

Si une adaptation d’organisation est nécessaire suivant le niveau de compétition et surtout suivant qu’on dispose ou pas d’un effectif d’officiels des départs suffisant, il reste que les rôles et tâches (même groupés dans certaines circonstances et niveau de compétition le permettant) sont à assurer dans le respect des règles applicables à tous. Pour ce qui concerne les événements d’importance tel que des Championnats de France et meetings nationaux et au dessus, les dispositions prévues dans ce guide devraient être suivies. Disposer d’un arbitrage possible sur les départs est dans tous les cas essentiel.

Une adaptation possible dans l’encadrement des départs.

Suivant le point 4.5 de ce guide (IAAF/FFA) :

4.5 Le Juge-Arbitre des Départs joue un rôle important dans tous les départs. La Règle 125.2 exige la nomination d’un Juge-Arbitre des Courses (compétent en la matière) pour surveiller la zone de départ. Pour la bonne pratique, il est hautement souhaitable que la personne désignée soit un spécialiste et un Starter expérimenté. Si c'est le cas, ses observations seront construites sur des bases solides et de bonnes connaissances techniques.

Le Juge-Arbitre des Départs doit respecter plusieurs obligations (voir sur ce guide en point 4.5), et en particulier :

- il travaille aux côtés de tous les autres membres du groupe auxquels il apporte son assistance ;

- il n’intervient pas dans les départs et ne fait pas de commentaires à leur sujet, excepté lorsqu’il est nécessaire de régler un problème ;

Il ne doit donc pas être membre du groupe des juges au départ ;

Et suivant ce point, le juge Arbitre ne peut-être aussi coordonnateur (et a fortiori quand ce dernier est aussi en pratique de Starter) puisque le coordonnateur fait lui partie de l’équipe des départs : ceci doit être la règle de base d’organisation, cependant (FFA) pour tenir compte de besoins de compétitions(ou épreuves) où le nombre de juges disponibles est insuffisant ou encore pour certaines organisations exceptionnelles le juge arbitre pourra être aussi coordonnateur (et là ne startant donc pas lui-même évidemment) et dans ce cas exceptionnel il veillera

à être surtout en situation d’organisateur (au plan coordonnateur) afin d’avoir le retrait suffisant pour exercer la fonction de Juge Arbitre des départs au besoin.

Ainsi (concernant le coordonnateur) la règle FFA F 129 est écrite (et pour des compétitions ou/et épreuves FFA uniquement) :

REGLE F.129

Coordonnateur des Départs, Starters et Starters de Rappel

1. Le Coordonnateur des Départs devra :

(a) Attribuer sa mission à chacun des Juges du Groupe des Juges au Départ.

[IAAF - Dans le cas d’une compétition organisée selon la règle 1.1(a) et de Championnats Régionaux et de Jeux, l’attribution des diverses épreuves aux Starters Internationaux relèvera de la responsabilité des Délégués Techniques.]

(b) Superviser les tâches à accomplir par chaque membre du Groupe.

(c) Informer le Starter, après en avoir reçu l'ordre du Directeur de la

Compétition, que tout est en ordre pour engager la procédure de départ (par exemple que les Chronométreurs, les Juges et, le cas échéant, le Chef Juge de Photographie d'Arrivée et le Préposé à l'Anémomètre, sont prêts).

(d) Agir en qualité d'intermédiaire entre le personnel technique de la société de chronométrage et les Juges.

(e) Conserver tous les documents produits pendant la procédure du départ, y compris tous ceux mentionnant les temps de réaction et/ou les tracés indiquant les faux départs s’ils sont disponibles.

(f) S'assurer que les dispositions de la Règle 162.8 sont suivies.

Le Coordonnateur des Départs devra avoir les compétences d’un Chef Starter.

Suivant les besoins d’organisation, pourvu qu’il ait des compétences de Starter et la qualification au moins égale à celle du Starter, exceptionnellement et dans certaines circonstances qui le justifieraient la fonction de Coordonnateur pourra être tenue par le Juge Arbitre des départs (dans ce cas il ne peut en aucune manière être amené à starter lui-même). Mais il est fortement recommandé (cela devra être la généralité) que les tâches de Coordonnateur et de Juge Arbitre des départs soient assurées par deux personnes différentes et que le Juge Arbitre des départs soit en dehors de l’équipe des départs.

…………………………………………

7. Le Coordonnateur des Départs assignera une tâche et une position spécifiques

à chaque Starter de Rappel qui devra obligatoirement rappeler la course si une infraction aux règles est remarquée. Après un rappel ou un départ interrompu, le Starter de Rappel devra rapporter ses observations au Starter qui décidera si un avertissement doit être donné et à qui (voir également Règles F.161.2 et F.162.9).

Suivant les besoins d’organisation, pourvu qu’il ait des compétences de Starter et de qualification au moins égale à celle du Starter, la fonction de coordonnateur pourra être tenue par le Juge Arbitre des départs (voir point 1 (f) ci-dessus).

- COT FFA -

12/01 >
14/12 >
02/05 >
28/12 >
13/11 >
05/12 >
09/03 >
27/10 >
12/10 >
31/08 >
05/11 >
05/09 >
04/07 >
15/05 >
11/10 >
10/06 >
07/06 >
01/06 >
30/05 >
04/04 >
Les Espaces
AGENDA

DATES A RETENIR

EXAMENS FÉDÉRAUX 

La date des examens fédéraux 
2019 n'est pas encore fixée.
Bonnes révisions à tous en attendant

MISES A JOUR
au 17/09/2018


  1. Le dernier PV de la COTN du 10/04/2018
  2. Les sujet d'examen 2018